Le nerf hypoglosse

Origine réelle : noyau du nerf hypoglosse situé dans la partie médullaire du plancher du 4ème ventricule (fibres efférentes somatiques somitiques)

Origine apparente : sillon préolivaire de la moelle allongée, par 10 à 15 filets radiculaires qui se regroupent en 2 troncs, supérieur et inférieur

Trajet : ces 2 troncs convergent vers le canal du nerf hypoglosse, fusionnent et quittent le crâne par ce canal pour ensuite traverser plusieurs régions en formant une grande courbe à concavité antéro-supérieure :

- espace rétrostylien, entre artère carotide interne (médialement) et veine jugulaire interne (latéralement)
- région bicarotidienne, où il suit le bord postérieur du ventre postérieur du muscle digastrique, croise latéralement les artères carotide externe, faciale et linguale
- région submandibulaire, entre le muscle hyoglosse médialement et la glande submandibulaire latéralement. Il y est accompagné de la veine satellite du XII
- région sublinguale, où il se divise en ses branches terminales sous le conduit submandibulaire

Branches terminales : pour tous les muscles de la langue (excepté le muscle palato-glosse) et le muscle génio-hyoïdien (participant au plancher de la bouche)

Fibres d'emprunt : provenant du plexus cervical

- des fibres motrices, issues de C2-C3 qui forment l'anse cervicale, rejoignant le XII après avoir décrit une courbe à concavité supérieure. L'anse cervicale donne des branches pour tous les muscles sous-hyoïdiens
- des fibres sensitives, issues de C1-C2 qui forment le nerf récurrent méningé, sensitif pour la dure-mère de l’étage postérieur. Il rejoint la partie proximale du XII et le suit a retro pour entrer dans le crâne par le canal du nerf hypoglosse.
Fonctions : protraction de langue, mastication, la succion, la déglutition et la parole
Pathologies : la paralysie du nerf hypoglosse entraîne une paralysie de l’hémilangue ipsilatérale
- lorsque le patient tire la langue (protraction) :elle est déviée vers le côté paralysé
- lorsque la langue est non tirée (rétraction) : elle est attirée du côté sain, le côté pathologique étant atrophique
Testing : demander au patient de tirer la langue

Imprimer

    • 1
    • 1L
    11 1L2

    Repérer les limites superficielles de la région :
    - en avant et en arrière : bords antérieur (1) et postérieur du muscle sterno-cléïdo-mastoïdien
    - latéralement : muscle sterno-cléïdo-mastoïdien (2), palpable sur toute sa hauteur
    - cranialement : le processus mastoïde (3) de l'os pétreux
    - caudalement : la clavicule (4) et l'incisure jugulaire du sternum (5)
    Tracer les lignes d'incision :
    - Horizontale et proximale, 1 cm au dessus du bord inférieur de la mandibule jusqu'à la mastoïde
    - Médiane jusqu'à 2 cm sous l'incisure jugulaire du sternum
    - Horizontale et distale, 2 cm sous la clavicule
    N’oubliez pas de cliquer sur les !
    • 2
    • 2l
    21 2l2

    Installez-vous latéralement au sujet disséqué (ici du côté gauche).

    Récliner la peau et le tissu sous-cutané latéralement jusqu'au processus mastoïde et l'acromion.

    Observer :
    - Le muscle platysma (1)
    - Les branches du plexus cervical (2)
    - La veine jugulaire externe (3)
    • 3
    • 3L
    31 3L2

    Récliner le muscle platysma.

    Observer :
    - le muscle sterno-cléïdo-mastoïdien (3)
    - la veine jugulaire externe (1) qui chemine à sa face latérale
    - les branches sensitives du plexus cervical qui apparaissent au bord postérieur de ce m. :
    - Le nerf petit occipital (4), qui monte en arrière du m. sterno-cléido-mastoïdien
    - Le nerf grand auriculaire (5), qui croise ce m. de bas en haut et d'arriere en avant
    - Le nerf transverse du cou (6), qui croise ce m. d'arrière en avant
    - Les nerfs supra-claviculaires médial, latéral et intermédiaire, dirigés vers le bas (7)
    - le muscle omo-hyoïdien (2), plus profond
    - des noeuds lymphatiques entourés d'un abondant tissu cellulo-adipeux
    • 4
    • 4l
    41 4l2

    Ligaturer la veine jugulaire externe (1) et l'individualiser en la sectionnant distalement.

    Observer les 2 chefs distaux du muscle sterno-cléido-mastoïdien (2) : sternal, superficiel et claviculaire, profond

    Sectionner le muscle sterno-cléido-mastoïdien (2) au niveau de ses insertions sterno-claviculaires.

    • 5
    • 5l
    51 5l2

    Récliner le muscle sterno-cléido-mastoïdien (2) vers le haut en faisant attention aux branches du plexus cervical et à la branche descendante du nerf accessoire.

    Récliner le muscle omo-hyoïdien (4) vers l'avant et le bas

    Isoler l'anse cervicale au sein du tissu cellulo-adipeux, anastomose entre une racine superieure (1, issue du nerf hypoglosse) et inférieure (3, issue du plexus cervical)

    stethoscope

    Clinique

    La localisation superficielle du nerf accessoire au niveau de la région sus-claviculaire l’expose à des lésions traumatiques.

    • 6
    • 6l
    61 6l2

    Réséquer le tissu cellulo-adipeux jusqu'à atteindre la gaine vasculaire.

    Observer, médialement au muscle omo-hyoïdien (4), les reliefs des éléments vasculo-nerveux dans leur gaine :
    - La veine jugulaire interne (1)
    - Le nerf vague (2)
    - L'artère carotide commune (3)
    Observer les noeuds lymphatiques de la chaine jugulo-carotidienne (non visibles sur cette photo) et les troncs du plexus brachial (5) qui apparaissent en profondeur, entre les mm. scalènes antérieur (6), et moyen et postérieur (7)

    stethoscope

    Clinique

    Le massage de la bifurcation carotidienne peut provoquer des modifications importantes de la pression artérielle et du rythme cardiaque, c’est le massage sino-carotidien.

    Le massage sino-carotidien est utilisé en cardiologie pour réduire les tachycardies jonctionnelles.

    • 7
    • 7l
    71 7l2

    Sectionner la gaine vasculaire sur toute sa hauteur, et isoler :
    - La veine jugulaire interne (1) et ses branches : la veine thyroïdienne moyenne (2) et le tronc thyro-linguo-facial (3), réunion des veines thyroïdienne supérieure, faciale et linguale
    - L'artère carotide commune (4)
    - Le nerf vague (5) situé dans l'angle postéro-latéral entre artère carotide commune et veine jugulaire interne
    • 8
    • 8l
    81 8l2

    Ligaturer à son extrémité distale la veine jugulaire interne et la récliner médialement avec l'artère carotide commune et le nerf vague .

    Réséquer le tissu cellulo-adipeux.

    Observer la naissance de l'artère sub-clavière (1) médialement au muscle scalène antérieur (4), et deux de ses branches :
    - L'artère vertébrale (2) dirigée vers le haut
    - Le tronc thyro-cervical (3)
    • 9
    • 9l
    91 9l2

    Poursuivre la dissection en direction craniale et libérer les adhérences entre l'artère carotide commune (6) et la veine jugulaire interne. Récliner cette dernière médialement.

    Observer :
    - La bifurcation carotidienne (1)
    - Le sinus carotidien (2)
    - L'artère carotide interne (3), initialement postéro-latérale
    - L'artère carotide externe (4), initialement antéro-médiale et ses branches les plus proximales (5)